Se déplacer

 

Se déplacer par la route en Tanzanie

Comme pour beaucoup de pays en développement, et tout particulièrement en Afrique, la question du transport est primordiale. En effet, tout l’itinéraire d’un voyage en Tanzanie est conditionné par la faisabilité d’un trajet, sa durée et son coût. A partir de ces critères, le choix d’une étape peut être remis en question :

  • parce que la durée totale du voyage ne le permet pas
  • parce que l’on peut juger que l’intérêt de l’étape ne justifie pas le temps qui lui est imparti
  • parce que son coût fait dépasser le budget global envisagé pour le voyage.

C’est notamment sur ce sujet qu’un conseiller spécialiste de la Tanzanie apporte son expertise enrichie par son expérience et sa connaissance du terrain. Les différents voyages et repérages effectués par le créateur de voyage, mais aussi l’étude des appréciations reçues de nos voyageurs, lui permettent de guider le voyageur dans la construction de son programme et de préciser clairement l’impact du choix d’une étape.

En Tanzanie, les distances s’apprécient en temps de trajet et non en kilomètres… Elles dépendent de la nature de la route, du relief, ou encore du moyen de transport choisi.

Les trajets par la route sont opérés en véhicules 4x4 conduits par des chauffeurs expérimentés. Souvent, il s’agit plus de pistes que de véritables routes car le réseau routier goudronné tanzanien est limité : il se concentre aux alentours des grandes villes ou les relient les unes aux autres. Quelques routes mènent néanmoins aux abords de certains parcs nationaux et réserves de Tanzanie. Et même sur ces routes, l’accroissement du trafic a pris de vitesse le développement de l’infrastructure… Les temps de route s’en trouvent parfois très affectés.

A l’intérieur des parcs nationaux et réserves, il faut compter sur le réseau de pistes qui émaille chacun d’eux. Les pistes subissent les caprices du climat, et en premier lieu des pluies qui peuvent être parfois violentes. Si la circulation hors-piste est interdite dans les parcs nationaux, quelques rares parcs, réserves et zones protégées permettent de profiter néanmoins d’une certaine tolérance.

Dans le cadre d’un voyage en Tanzanie consacré aux parcs du nord, l’intégralité de l’itinéraire peut être effectuée par la route. Le programme peut également intégrer quelques sauts de puce en avion-taxi pour éviter des trajets trop longs, ou rejoindre spécifiquement une région reculée.

La découverte des parcs du sud est plus compliquée par la route. Seul le parc de Mikumi et la réserve de Selous peuvent être rejoints dans des conditions raisonnables. Les parcs situés plus à l’ouest tels que Ruaha, Katavi et plus encore Mahale sont desservis en avion-taxi.   

 

Se déplacer par les airs en Tanzanie

Tous les parcs nationaux et réserves de Tanzanie peuvent être rejoints par les airs grâce aux liaisons régulières opérées en avion-taxi de type Cesna. La capacité d’accueil de ces avions varie de 4 à 12 personnes en fonction du trajet et du nombre de passagers réservés. Pour certains parcs du sud et de l’ouest de la Tanzanie, la liaison aérienne est le seul moyen d’accès. Ce mode de transport permet également de gagner du temps et d’éviter de longs trajets par la route. Il est privilégié pour les formules game package proposés par certains lodges et camps dans leurs services d’hébergement et d’activités.

Les liaisons en avion-taxi relient également la Tanzanie continentale à ses îles de l’océan Indien que sont Zanzibar, Pemba, et Mafia.

Les avions-taxi décollent et atterrissent depuis de petits aérodromes de brousse, souvent directement au cœur de parcs et réserves. Il ne s’agit parfois que de simples pistes en terre battue avec un abri pour patienter avant l’embarquement. Les avions survolent l’immensité des paysages tanzaniens. Emotion garantie !