Le Ngorongoro


Etendu sur 8 300km2, la zone de conservation du Ngorongoro est une vaste région classée au patrimoine mondial par l’UNESCO. Sa géographie se caractérise par ses cratères et volcans assoupis à l’est, et par d’immenses plaines contiguës à celles du parc du Serengeti à l’ouest.



La zone de conservation est surtout unique par son statut spécial de zone protégée où la faune sauvage cohabite avec les humains. La découverte de la zone de conservation du Ngorongoro est intimement liée aux fiers guerriers masaïs vêtus de leur habit traditionnel et armés de leur seule lance, dont les villages de huttes entourés d’arbustes épineux parsèment les superbes paysages de la région.





 

Le cratère du Ngorongoro se trouve à l'entrée est de la zone de conservation. Formé par l’explosion d’un volcan actif aussi grand que le Kilimandjaro et par l’effondrement de son cône, le cratère culmine aujourd’hui à 2 285 mètres. Il renferme la plus grande caldeira du monde avec ses 260 km2 et son diamètre d’environ 18 km. En son point le plus élevé, le bord du cratère domine le fond de plus de 600 mètres. L’intérieur du cratère du Ngorongoro est un véritable jardin d’éden où cohabitent différents écosystèmes africains : plaines herbeuses, lac alcalin, lac d’eau douce, forêt d’acacias et collines boisés sur ses pentes. Le cratère du Ngorongoro offre la plus grande concentration animale au monde avec plus de 25 000 mammifères de 55 espèces différentes mais aussi de nombreuses variétés d’oiseau. Hormis les girafes, presque toutes les espèces présentes dans le nord de la Tanzanie peuvent y être observées, même le timide rhinocéros que l’on aperçoit le plus souvent de loin.

Enfermée en quelque sorte à l’intérieur du cratère, la faune permanente du cratère du Norongoro peut être découverte toute l’année. 

En dépit de l’augmentation de sa fréquentation, le cratère du Ngorongoro reste pour beaucoup l’expérience la plus forte du  voyage tant pour ses paysages exceptionnels que pour la densité de sa faune. La visite du cratère est une étape incontournable avant de poursuivre plus à l’ouest vers le Serengeti ou, dans le cadre d’un programme limité à quelques jours, vers les parcs de la région d’Arusha. A noter que l’obligation de rester sur les pistes rend parfois difficile l’approche des animaux et leur observation. Inversement, la présence de la faune près des pistes pourra conduire à une forte concentration de 4x4, surtout au mois d’août.


Notre sélection d'hébergements au cratère du Ngorongoro  :

Charme et confort : Ang’ata Crater Camp


L’ouest et le sud-ouest de la zone de conservation du Ngorongoro jouxtent les limites du parc national du Serengeti pour former un même écosystème où les animaux vont et viennent en toute liberté. La région des lacs N’dutu et Masek est une zone de safari à la concentration de faune très importante lorsque les troupeaux de la grande migration s’y établissent entre les mois de décembre et mars, période où les femelles donnent naissance à leurs petits par dizaines de milliers.

Entre les mois de décembre et avril, la présence, au sud-ouest de la zone de conservation du Ngorongoro, de centaines de milliers de gnous et de zèbres de la grande migration justifie de faire de la région un camp de base pour au moins une nuit. Le reste de l’année, la région des lacs N’dutu et Masek et ses immenses étendues environnantes paraîtront comme vidées de leur faune.

Pour les itinéraires menant vers le Serengeti, Tanzanie Authentique conseille de poursuivre la route vers l’ouest à l’issue de la visite du cratère du Ngorongoro, pour rejoindre un hébergement situé dans la région d’Olduvaï ou dans la région de N’dutu.  Entre décembre et mars, la région des lacs N’dutu et Masek est le lieu idéal pour observer la grande migration, mais aussi pour observer lions et guépards attirés par cette forte concentration de gibier. Nous conseillons de séjourner au moins une nuit dans l’un des camps de tentes mobiles installés à cette période. De plus, les règles plus souples appliquées à la zone de conservation du Ngorongoro autorisent les 4x4 à sortir des pistes balisées pour pister et observer les animaux au plus près.
De part sa situation géographie, l'ouest du Ngorongoro est une région incontournable avant la découverte du Serengeti lors des safaris itinérant par la route.


Notre sélection d'hébergements à l'ouest de la zone de conservation du Ngorongoro :

Charme et authenticité dans la région d'Olduvaï : Olduvaï Tented Camp

Charme et simplicité au lac N'dutu : Olaado Migration Camp

Charme et authenticité au lac N'dutu : N'dutu Wildlands Camp

Charme et confort au lac N'dutu : Ang'ata Migration Camp

Charme et confort au Lac Masek : Lake Masek Camp


Au nord et au sud-est du cratère du Ngorongoro, on trouve de hautes terres faites de steppes et de collines boisées ainsi que des volcans et des cratères. C’est dans ces régions que se concentrent la majorité des villages masaïs. Ces régions offrent des possibilités de marches à travers des paysages exceptionnels pour aller à la rencontre des fiers guerriers masaïs et de leur culture. Loin des circuits touristiques classiques, entre rencontres impromptues et visites de village, la marche dans ces régions offre des occasions de découvertes authentiques grâce à la présence des guides masaïs.

Les treks et les bivouacs au nord et au sud du cratère peuvent se faire toute l’année, même si les mois d’avril, mai et novembre seront moins appréciés en raison des pluies ainsi que des nuages qui par leur impact sur la luminosité altèrent la beauté des paysages.

Les treks et bivouacs dans la zone de conservation du Ngorongoro sont recommandés aux amateurs d’expériences insolites et de rencontres authentiques. L’immersion en terre masaï et l’observation des modes de vie et des coutumes ancestrales donnent une idée de ce qu’ont pu vivre les premiers explorateurs en Afrique. De plus, la présence de la faune dans ces territoires donne un caractère magique à la présence des Masaïs, notamment en raison de la capacité d’adaptation qu’elle requière et des dangers qu’elle fait courir.

Retrouvez le trek proposé par Tanzanie Authentique du volcan Empakaï au lac Natron.